Skip to main content
epsco

La ministre de la protection sociale obtient un accord sur la garantie pour la jeunesse

28.02.2013, 16:30 GMT


La ministre de la protection sociale, Mme Joan Burton a facilité, aujourd'hui jeudi 28 février à Bruxelles, la conclusion d'un accord sur une garantie pour la jeunesse à l'échelle européenne. L'initiative représente une étape clé pour endiguer la crise du chômage des jeunes dans l'Union européenne.

Une fois mise en place, la garantie assurera aux jeunes de moins de 25 ans de se voir proposer une offre de bonne qualité portant sur un emploi, une reprise d'études, un apprentissage ou une formation après une période de chômage de quatre mois.

La ministre Joan Burton a déclaré:

«Le chômage des jeunes a atteint un niveau critique en Europe et l'accord d'aujourd'hui est une étape cruciale pour faire face à cette crise.»

La ministre a pris la parole après la réunion des ministres européens de l'emploi et des affaires sociales (EPSCO) à Bruxelles. La ministre a présidé la séance de travail du matin au cours de laquelle un accord final a été obtenu sur la garantie pour la jeunesse.

La garantie découle d'une recommandation de la Commission européenne et, en tant que présidence du Conseil, il est revenu à l'Irlande de diriger les négociations sur cette recommandation.

La ministre Joan Burton a précisé:

«D'entrée de jeu, la priorité absolue que j'avais définie pour cette réunion était de parvenir à un accord politique sur la garantie européenne pour la jeunesse. Je suis ravie que nous soyons parvenus à une conclusion et je pense que cela fera une différence majeure dans la vie de millions de jeunes à travers toute l'Europe, y compris en Irlande.»

«Je suis ravie que nous soyons parvenus à une conclusion et je crois que cela fera une différence majeure dans la vie de millions de jeunes à travers toute l'Europe, y compris en Irlande», a déclaré Mme Burton.

Il y a actuellement en Europe 7,5 millions de jeunes qui ne travaillent pas, ne suivent pas d’études ou de formation (désignés par l'acronyme anglais «NEETS»), soit 12,9 % de la jeunesse européenne âgée de 15 à 24 ans.

La ministre Joan Burton a indiqué:

«L'UE estime que le coût économique de ce chômage s'élève à 1,2 % du PIB, soit plus de 150 milliards d'euros. Mais les coûts sociaux sont tout simplement consternants, ayant été prouvé que le chômage des jeunes a des effets tout au long de la vie et laisse des traces définitives. C'est pourquoi il est primordial que nous agissions de manière significative et durable pour répondre à la crise, et la garantie pour la jeunesse est une déclaration d'intention en ce sens. 

L'objectif général des systèmes de garantie est d'apporter aux jeunes une meilleure perspective d'avenir en leur assurant un soutien leur permettant d'accéder au marché du travail. Lorsqu'elle sera mise en œuvre, la garantie pour la jeunesse contribuera à répondre à trois des cinq objectifs du programme Europe 2020, à savoir augmenter le taux d'emploi, réduire le décrochage scolaire et sortir les gens de la pauvreté et de l'exclusion sociale.»

Le document adopté recommande à chaque État membre de mettre rapidement en place la garantie pour la jeunesse dans leur pays respectif, en tenant compte des politiques et des objectifs nationaux, régionaux et locaux. S’agissant des États membres qui connaissent les difficultés budgétaires les plus lourdes et les plus hauts taux de NEET et de chômage des jeunes, une mise en œuvre progressive peut être considérée. Cela permettra à ces Etats de gérer progressivement leurs finances publiques tout en agissant de manière décisive pour endiguer le chômage des jeunes.

Outre les sources de financement existantes, le Conseil européen a annoncé le 8 février une initiative pour l’emploi des jeunes dotée d'une enveloppe de 6 milliards d'euros pour la période 2014-2020. Cette initiative vise à soutenir des mesures devant endiguer le chômage des jeunes et notamment la garantie pour la jeunesse.

«Lorsqu'elle sera mise en œuvre, la garantie pour la jeunesse contribuera à répondre à trois des cinq objectifs du programme Europe 2020, à savoir augmenter le taux d'emploi, réduire le décrochage scolaire et sortir les gens de la pauvreté et de l'exclusion sociale», a déclaré la ministre Mme Burton

Dans le cadre de la présidence irlandaise, l'allocation de ce financement et sa mise en place seront étudiées plus en détails.

Lors de la séance de travail de l'après-midi de la réunion EPSCO, le ministre de l'emploi, de l'entreprise et de l'innovation, M. Richard Bruton, a présidé un débat politique avec les ministres européens de l'emploi sur l'examen annuel de la croissance de la Commission et le rapport conjoint sur l'emploi dans le cadre du semestre européen.

Lors de la réunion EPSCO, les ministres ont pu assister à une présentation du commissaire européen László Andor sur les «Mesures d'investissement social», qui ont été publiées par la Commission européenne la semaine dernière. Ces mesures reprennent la communication de la Commission sur le concept d'investissement social pour fournir une orientation vers la croissance et la cohésion au sein de l'UE, ainsi qu'une recommandation intitulée «Investir dans les enfants, briser le cercle vicieux de l'inégalité».

La ministre Joan Burton se réjouit à la perspective de travailler avec le Conseil et la Commission sur la meilleure manière de mettre à effet les principes et les actions soulignés dans la communication sur l'investissement social.

La ministre Mme Joan Burton a indiqué:

«La réunion d'aujourd'hui n'est que le début de ce processus. J'ai l'intention de continuer à travailler sur cet enjeu important en vue de parvenir à des conclusions officielles lors de la prochaine réunion du Conseil EPSCO organisée en juin à Luxembourg.

Les systèmes de protection sociale sont fondamentaux pour protéger les citoyens de l'Union européenne contre les pires effets de la crise. À travers l'investissement dans l'éducation et la formation, ces systèmes ont également un rôle majeur à jouer pour garantir que les citoyens soient prêts à travailler et puissent bénéficier des opportunités sur le marché du travail alors que se profile la reprise.

Apporter une réponse uniquement budgétaire à la crise n'est pas suffisant, il faut également un volet social. J'accueille avec satisfaction les mesures et l'engagement personnel fort du commissaire Andor sur ce sujet.»

En amont de la réunion d'aujourd'hui a été organisé un petit-déjeuner de travail avec le président du Conseil européen, M. Herman Van Rompuy.  

Ce dernier a profité de l'occasion pour discuter en profondeur avec les ministres européens de l'emploi et des affaires sociales sur la dimension sociale de l'UEM afin de pouvoir préparer les propositions devant renforcer l'UEM et qui seront portées à considération lors du Conseil européen du mois de juin.

Evènements liés

Voir tous les évènements liés >

eu2013ie

02.07.2013, 10:29 eu2013ie Taoiseach Enda Kenny presents results of the Irish Presidency #eu2013ie in address to the European Parliament #EU eu2013.ie/news/news-item…

02.07.2013, 10:14 eu2013ie RT @IrelandRepBru Taoiseach: "Our shared identity exists beyond the realm of mere economics or currency or money." #eu2013ie #EU

02.07.2013, 10:10 eu2013ie RT @IrelandRepBru Taoiseach: "#MFF is the single, biggest investment tool we have at our disposal. We need to come together and use it forthwith." #eu2013ie

02.07.2013, 10:08 eu2013ie RT @IrelandRepBru Taoiseach: "By listening actively I believe we managed to address the main issues of concern identified by EP raised in March." #eu2013ie

02.07.2013, 10:08 eu2013ie RT @IrelandRepBru Taoiseach: "The result identifies best way to ensure that almost €1trillion for #MFF is released as soon as possible into real economy."

Contacts

picture of Niamh Fitzgerald, Conseiller de presse, (Emploi et politique sociale)

Niamh Fitzgerald, Conseiller de presse, (Emploi et politique sociale)

T:

M:

E:

picture of Marcella Smyth, porte-parole - Coreper I

Marcella Smyth, porte-parole - Coreper I

T:

M:

E:

Actualités en lien


Voir toute l'actualité en lien ›